Benu Blanc : la légende du phénix

Le Benu est l’autre nom du Phénix, l’oiseau mythique qui renaît de ses cendres. Il est invincible, mystérieux et symbole de renaissance. Le Benu est un personnage très important de la mythologie Egyptienne. Dans l’iconographie du Nouveau Royaume (peintures des pyramides et des tombeaux), le Benu est un thème très populaire, fréquemment représenté comme un héron de couleur blanche ou bleue où il représente Osiris dans la symbolique du soleil couchant. Le blanc est synonyme de pureté et de douceur. 

Benu Blanc logo Nos valeurs

Pour nos clients : garantir simplicité, naturalité et efficacité.

Nos produits présents et à venir respecteront ce tryptique : simplicité d’usage, ils peuvent en quelques secondes s’inscrire dans nos vies mouvementées. Naturalité, pour rester au plus près de ce que la Nature offre déjà. Efficacité, parce que nous allons chercher le soutien de technologies respectueuses de l’Humain et de la planète.

Pour nos partenaires : reconnaître l’excellence du travail, développer des relations réciproques de confiance et apprécier les différences.

Ce n’est pas le culte de la performance qui nous guide, mais l’amour et le respect du travail bien fait. Comme nous, nos partenaires sont passionnés par leur métier et veulent ce qu’il y a de mieux pour leurs équipes et leurs clients.

Pour notre planète : minimiser les emballages et valoriser les matières naturelles.

La Nature, que nous observons, écoutons et respectons, est notre modèle. Le bien-être de notre planète est au centre de notre réflexion. En localisant notre chaîne de valeur sur un espace géographique restreint, nous nous efforçons aussi de réduire notre impact sur l’environnement.

Et pour toutes nos parties prenantes, le Made in France est au cœur de nos actions. 

Notre vision de la beauté et du bien-être par la cosméto-textile

Rapprocher, marier deux mondes qui communiquent peu : le textile et les cosmétiques. C’est l’ambition que nous portons pour transformer les textiles en soins cosmétiques et amener dans les cosmétiques des rituels simples mais nouveaux et réutilisables.

Nous prenons exemple sur la Nature pour apporter de l’innovation et créer le linge de beauté. Aujourd’hui la soie, par ses caractéristiques physico-chimiques, offre mille solutions possibles. 

 

Les co-fondatrices : deux cœurs de battantes

Valérie Sabatier Vallejo, PhD

Valérie est biochimiste de formation : elle a une sensibilité scientifique précieuse pour le domaine des cosmétiques. Après une Grande Ecole de Management, elle s’engage dans une start-up des biotechnologies et obtient un Doctorat universitaire en stratégie d’entreprise.

Elle est Professeure permanent à Grenoble Ecole de Management où elle enseigne la stratégie et l’innovation ; et pivote aujourd’hui vers l’entreprenariat.

Fanny Redziniak

Fanny Redziniak a un Master en Droit et une licence de Psychologie clinique. Elle commence sa carrière de juriste dans la défense des consommateurs et la poursuit dans la protection des majeurs. Elle met l’individu au cœur de l’analyse de situations complexes.

Elle grandit dans une famille où la recherche sur les cosmétiques est centrale. Elle amorce sa transition vers l’entreprenariat dans la cosméto-textile avec Benu Blanc.

Pourquoi créer ensemble Benu Blanc ?

« Nous nous connaissons depuis une dizaine d’années dans la sphère personnelle. J’ai toujours partagé avec mes amies les secrets de beauté hérités de mon environnement familial. Naturellement, Valérie, par sa formation de biochimiste s’est toujours intéressée aux travaux de mon père en cosmétique. Quand je lui ai parlé de ses nouvelles recherches sur les peptides de soie, nous avons décelé toutes les deux une opportunité : le linge de beauté naissait dans notre esprit et pour chacune de nous c’était le bon moment pour pivoter vers de nouvelles activités entrepreneuriales »

Fanny Redziniak, co-fondatrice

Un conseil scientifique expert et engagé

Gérard Redziniak exerce depuis 40 ans dans le monde de la Recherche en Biologie Cutanée, dermatologie et cosmétologie. Après un Doctorat en Biophysico-Chimie Moléculaire, il a dirigé le Département de Recherche Appliquée des Parfums Christian Dior (Groupe LVMH). Il a ensuite dirigé le Pôle Scientifique du Groupe Yves Rocher, puis les directions R&D de plusieurs Groupes parmi lesquels NAOS (Esthederm-Bioderma), Amore Pacific et Uriage. Pendant ce parcours industriel il a présidé la Société Française de Cosmétologie de 2008 à 2011. Passionné par les sciences de la vie, il accompagne aujourd’hui des entreprises innovantes en tant qu’inventeur et conseiller scientifique. Membre actif au sein de la Cosmetic Valley, il coordonne plusieurs projets collaboratifs associant la recherche publique et la recherche privée.

Corine Genet est titulaire d’un doctorat en Sciences Economiques et Sociales, d’un DESS et du diplôme de l’Institut d’Etude Politique de Grenoble. Entre 1995 et 2000, elle a été chargée de mission pour le Ministère de la Recherche, puis pour l’Institut National de la Recherche Agronomique. Depuis 2002, elle est professeure au sein de Grenoble Ecole de Management où elle a développé un Mastère en Management des entreprises de biotechnologies. Elle a également été responsable de 2002 à 2004 du Mastère spécialisé Management de la Technologie et de l’Innovation. Elle est aujourd’hui responsable de l’enseignement en Stratégie et de l’équipe de recherche Strategy, Collective Action and Technology de GEM.

Tristan Rousselle est docteur en Biologie Cellulaire et Biologie Moléculaire. Il co-fonde PX’Therapeutics en 2000 à Grenoble. Dans un environnement très concurrentiel, il crée un portefeuille de business models qui permet d’équilibrer risques et capturer de la valeur pour l’entreprise. PX’Therapeutics innove aussi dans son positionnement au cœur des réseaux d’entreprises de biotechnologies. Fin 2012, la société est rachetée par un groupe pharmaceutique. Tristan s’engage alors dans le développement d’ElicytilOligoTech®. Puis en 2014 il co-fonde Aryballe Technologies autour d’une technologie de rupture. L’olfaction digitale repose sur des biocapteurs et des développements issus des nanosciences, des technologies de l’information, et des sciences cognitives.

Retour vers la page d'accueil